Samsung : l'ogre coréen

Samsung fait tout

Tout le monde connait Samsung mais peu connaissent l’étendue de cette société. Comme le fait remarquer un utilisateur de reddit, Samsung est un consortium à la taille inimaginable : - plus grand conglomérat du monde - plus grande entreprise d’informatique au monde (!)  - plus grande entreprise de fabrication au monde  - deuxième plus gros constructeur de bateaux

Et j’en passe. Effectivement, Samsung fait de tout : des vêtements, des sacs, de l’immobilier, de la chimie, de l’équipement médical, de la banque, de l’assurance, des armes…

Bref, aux USA ou en Europe, Samsung aurait été démantelé par les lois anti-trust ou affiliées.

Un article de Vanity Fair nous apprend énormément de choses sur les pratiques douteuses du géant coréen. Voici un résumé.

Samsung et la fixation des prix

Samsung est connue pour fixer les prix avec ses concurrents de manière illégale, flouant ainsi ses clients en les faisant payer plus cher leurs produits. A l’époque des écrans à tube cathodique, Samsung a mis en place des réunions dans le monde entier dans le plus grand secret. Que ce soit en Corée du Sud, à Taiwan, au Japon, à Singapour et ailleurs, le but de ces réunions était le même : mettre autour de la table les acteurs du marché pour s’entendre sur les prix. Tout cela sera découvert des dizaines d’années plus tard et Samsung sera condamnée à des amendes de 32 millions de dollars aux USA, 21 millions de dollars en Corée du Sud et 197 millions de dollars en Europe. 

Mais cela ne les arrête pas. En 1998, même malversation mais cette fois-ci pour les écran LCD. Samsung fixera les prix avec la complicité de leurs concurrents Hitachi et Sharp. De la même manière, Samsung sera condamnée en 2005 pour la fixation des prix de DRAM. Amende : 300 millions de dollars aux USA et six cadres de l’entreprise iront en prison.

Samsung et la corruption

En 2007, un ancien cadre de Samsung dénonce les pratiques de corruption du groupe. Il accuse la société de blanchiment d’argent, de pot de vin, de vol et d’autres crimes. Cela peut aller jusqu’à 9 milliards de dollars de malversation. Suite à ces révélations, le patron de Samsung sera condamné à payer 89 millions de dollars d’amende, entre autre. Il sera gracié par le président de la Corée du Sud. Pour des faits similaires (notamment évasion fiscale), la patron de Daewoo sera lui aussi condamné puis gracié. Cela démontre la proximité des grands groupes industriels coréens avec le pouvoir. Cependant, les charges concernant la corruption seront abandonnées même si plusieurs témoignages parlent d’un sac de golf rempli de billets donnée à un député ou encore un proche du président à qui Samsung aurait donné 5400$ en liquide.

Samsung et sa gestion particulière des brevets 

Samsung a une conception très personnelle de l’utilisation des brevets. La société coréenne fonctionne toujours de la même façon. Elle utilise des brevets sans payer pour leur utilisation. Au bout d’un moment, Samsung se fait attaquer. Samsung contre attaque en indiquant soit qu’elle possède le brevet, soit que la société qui la poursuit utilise elle-même des brevets de Samsung illégalement. Ensuite, Samsung laisse trainer l’affaire, gagne des parts de marché et généralement s’arrange en dehors des tribunaux pour des montants secrets quand les importations risquent d’être suspendues.

Ce fut le cas pour un brevet concernant les écrans LCD détenus par Sharp. A tel point que l’Europe a arrêté l’importation des produits Samsung violant le brevet (c’est-à-dire pratiquement tous les écrans et TV que produit Samsung), les USA prendront la même décision. Sharp a porté plainte en 2007. En 2009, Samsung possédait 23% du marché alors que Sharp n’avait plus que 5%. Un stratégie donc payante.

Il s’est passé la même chose avec Pioneer. Pioneer porte plainte en 2006. Samsung les poursuit à leur tour. En 2008, Samsung a une amende de 59 millions de dollars. Cependant, Samsung fait trainer notamment avec de multiples appels. Pioneer étant ayant une santé financière précaire, ils s’arrangeront en dehors des tribunaux pour un montant secret en 2009. En 2010, Pioneer ferme sa division télévision.

Troisième exemple avec une brevet développé par une petite entreprise américaine appelé InterDigital. Ce brevet était déjà utilisé par des concurrents de Samsung comme Apple ou LG. Cependant, contrairement à eux, Samsung refuse de payer pour l’utilisation de ce brevet. Comme d’habitude, Samsung se fait poursuivre, laisse trainer jusqu’à la menace de l’arrêt de l’importation des produits en 2008. Samsung alors décide de s’arranger en dehors des tribunaux pour un montant de 400 millions de dollars. 

Dernier exemple : Kodak. Kodak poursuit Samsung, Samsung contre-attaque, laisse trainer puis s’arrange sous la menace de l’arrêt des importations.   

L’accord avec Microsoft

En 2011, Samsung signe un contrat avec Microsoft sur l’utilisation de brevets concernant les smartphones. Depuis, Samsung paye les brevets de Microsoft. Fin 2013, après être devenu le leader du marché, Samsung décide de ne plus payer Microsoft (utilise le prétexte que Microsoft ayant racheté Nokia, le contrat est caduque). Du coup, Microsoft attaque Samsung. Les sommes en jeu sont conséquentes : Samsung a payé en 2013 1 milliard de dollars à Microsoft concernant ces brevets. Je trouve qu’il est intéressant de voir que Microsoft gagne plus d’un milliard de dollars par an grâce à l’utilisation de ses brevets dans Android.

Samsung a un comportement qui ressemble plus à la mafia qu’à une entreprise internationale respectable.