Retour sur la keynote

Le streaming impossible à regarder

Pour suivre la keynote, le moyen le plus simple était d’aller sur le site internet d’Apple pour la regarder en direct grâce au streaming. Malheureusement, ce fût une catastrophe. La première demi-heure était polluée par une traduction simultanée en langue asiatique non identifiée. Ensuite, le streaming était coupé toutes les 30 secondes. Du coup, j’ai été obligé de suivre différents livefeed en parallèles sur plusieurs sites au lieu de tranquillement regarder la vidéo. Comment une entreprise aussi grande qu’Apple, avec leurs ressources, leur expertise en réseau (Itunes Music Store, App Store, Mac App Store, iCloud et j’en passe) ne peut pas avoir un streaming correct aujourd’hui ? J’espère que c’est la dernière fois que cela se passe ainsi. Apple avait tout fait pour rendre ce jour historique, et le streaming a totalement gâché la keynote.

La keynote (ou ce que j’ai entr’aperçu)

Ceci étant, la keynote était, je trouve, réussie. On sent bien la maitrise de l’exercice chez Apple. Elle était d’autant plus réussie qu’elle était super dense. Habituellement, la présentation passe la première demi-heure sur les chiffres de ventes des Mac/iPhone/iPad, des chiffres des performances des Apple Store, etc. Ici, ce n’était pas le cas. Dès la première demi-heure, les deux nouveaux iPhone étaient déjà annoncés. Malheureusement, tout n’était pas au même niveau. Notamment, je regrette l’utilisation à outrance de vidéos. Je pense à la première qui était ennuyeuse et qui était un peu ronflante. Il semble qu’Apple se repose de plus en plus sur ces vidéos pendant les keynotes et j’ai peur que ce soit un erreur. Normalement, on suit une keynote comme un événement ou un spectacle, on essaie d’oublier que ce n’est qu’une annonce de produit, que ce n’est qu’un coup marketing. Ces vidéos nous ramènent un peu trop à la réalité de la keynote. Il faudra pour les prochaines éditions qu’il y en ait moins.

iPhone 6 et iPhone 6 Plus

Même Phil Schiller l’a reconnu avec humour, il n’y a pas eu de surprise concernant les nouveaux iPhone. Cependant, j’avais tort sur le 5,5 pouces : il existe vraiment malgré le peu de fuites le concernant (par rapport au ras de marée du 4,7 pouces). La bonne nouvelle est enfin l’ajout du NFC et cela est logique : il sera utilisé pour le nouveau service de paiement d’Apple. Je n’aime pas au niveau du design que l’objectif sorte du corps du téléphone. J’aurais préféré un iPhone plus épais (il est déjà très fin) pour ne pas avoir ce truc qui va amasser la poussière. En plus, un téléphone plus épais dit plus de batterie, et on n’en a jamais assez. Il y a eu un changement sur la gestion de la mémoire des iPhone (enfin) : où est passé la version 32 Go ? Il aurait été plus simple de faire 32/64/128 plutôt que 16/64/128. Cela va frustrer tous ceux qui vont prendre le 16Go sans faire attention (ou pour des questions de budget). Cela est un manque de respect total pour les consommateurs qui choisiront le 16Go : ils seront frustrés quand il auront installé 3 applications, pris quelques photos et vidéos (et quand Apple leur fera télécharger de force le dernier album de U2…). Le téléphone leur dira alors qu’il n’y a plus de place. Ce n’est pas bon pour l’expérience utilisateur et pour l’image d’Apple. Passer de 16 à 32Go pour le modèle de base doit couter à Apple à peine quelques dollars, il auraient pu faire ça pour leurs clients… L’espace mémoire est d’autant plus important lors des mises à jour : iOS 8 demande plus de 4Go de libre. Donc n’avoir que 16Go d’espace limite sérieusement le taux d’adoption s’il faut libérer plusieurs gigas à chaque fois.

La nouvelle taille des iPhone va poser problème : il sera maintenant pratiquement impossible de les garder dans une poche. Heureusement il y a une solution : avoir son téléphone dans un sac et lire les notifications (messages, appels, sonneries) par l’Apple Watch… Enfin, je continue avec mon idée qu’Apple ne sait plus nommer ses produits. Aujourd’hui, le MacBook le plus petit est appelé MacBook Air. L’iPad le plus gros est appelé l’iPad Air. Et l’iPhone le plus gros est appelé l’iPhone 6 Plus. Quelle est la logique dans tout cela ? Il est temps de faire le ménage Tim Cook !

Apple Watch

En parlant de nom, Tim Cook a changé la dénomination pour les nouveaux produits : Apple Watch et Apple Pay. Adieux les iMachin, et c’est tant mieux. Avant même de parler de l’Apple Watch, rappelons une chose : il ne faut jamais acheter la première version d’un produit Apple. Ils sont toujours trop cher et sous dotés. Apple fait payer allègrement les early adopters. Exemples : - Macintosh : très cher, pas assez de RAM à telle point que copier deux disquettes demandant 20 changements de disquettes… Il fallait acheter 8 mois après le Macintosh 512Ko qui avait 4 fois plus de RAM (et donc permettait de faire une copie de disquette dans se démonter le poignet). - iPod : très cher, pas beaucoup d’espace (5Go), pas d’usb (que firewire), uniquement compatible mac, etc. - iPhone : impossible d’installer des applications, trop cher (tellement qu’Apple baissera drastiquement son prix : baisse d’un tiers trois mois après sa sortie), pas de GPS et lent à cause du EDGE. - iPad : écran non retina, hardware déjà dépassé, etc. Ce qui m’a le plus surpris, c’est l’absence d’information sur la batterie de la montre. Et ceci n’est pas une bonne nouvelle : il y a de fortes chances que la batterie ne dure qu’une journée au maximum. Cependant, Apple a très bien compris l’essence même de la montre aujourd’hui : c’est avant tout un accessoire de mode qu’il faut pouvoir personnaliser. De ce fait, il est très intelligent de proposer 3 montres différentes (acier, aluminium et or) en 2 tailles avec dès le départ beaucoup de bracelets disponibles (et faciles à changer). Je suis déçu qu’elle ne soit pas si différente que cela des autres montres (comme l’était l’iPhone par rapport à la concurrence à sa sortie). Par contre, il semble bien que c’est la mieux exécutée (et aussi la plus chère). Puis vient le problème du prix : premier modèle à 349$. A part cela, aucune information n’a filtré. Ce prix sera pour quelle modèle avec quel bracelet ? Très certainement la version sport en aluminium avec un bracelet en plastique. Ceci étant, nous ne savons pas jusqu’où le prix peut monter. Avec la version en or avec un bracelet de luxe, il est évident que le prix sera exorbitant. Il suffit de voir la différence entre un modèle chez Omega/Rolex en acier et un modèle en or, le prix peut tripler. Je ne serais pas surpris de voir le prix de la version or dans les plusieurs milliers de dollar. Et là, on sort de l’électronique grand public pour aller dans la sphère du luxe (où le prix n’a aucune corrélation avec la valeur des matériaux employés et de la main d’oeuvre). Est-ce qu’Apple peut intégrer ce mode très spécial ? Quand on achète une montre de luxe de plusieurs milliers d’euros, on peut encore rationaliser en se disant que : - elle perdra peu de valeur dans le temps (voire en gagner : cela s’est déjà vu, notamment avec les Rolex des années 50) - si vous l’entretenir correctement, la montre fonctionnera aussi bien dans 50 ans qu’aujourd’hui et aura toujours la même utilité - elle rentre dans le patrimoine de la famille : vous pourrez léguer cette montre à vos enfants Comparer cela avec ce que vous pouvez dire du premier iPhone, sorti en 2007, qui aujourd’hui ne vaut plus rien. Qu’en est-il de WatchKit ? C’est le kit de développement pour développer des applications pour l’Apple Watch. Nous n’en savons rien. La principale interrogation vient de l’indépendance de l’Apple Watch par rapport à l’iPhone. Par exemple, l’Apple Watch ne possède pas de puce GPS et doit donc être connecté à l’iPhone pour les parcours, ce qui limite son utilisation pour les sportifs (s’il faut avoir l’Apple Watch + l’iPhone à chaque footing ou sortie à vélo pour enregistrer ses performances, c’est limitant).

Apple Pay

J’ai toujours pensé qu’Apple aurait du créer une banque avec son trésor de guerre. Par exemple, permettre aux consommateurs d’acheter en 10 fois sans frais auprès d’Apple directement. Cependant, beaucoup ont essayé d’imposer un système de paiement sans fil (Google Wallet par exemple) et personne n’a réussi. J’ai bien peur qu’Apple échoue aussi (qui se rappelle du Passbook qui devait éliminer les cartes de fidélité ?). J’indiquais auparavant l’utilisation excessive des vidéos. La vidéo façon télé-shopping sur l’utilisation des cartes bleues était vraiment de trop. Elle m’a vraiment mis mal à l’aise tellement elle était mauvais. C’était dur à regarder. Clairement, Apple s’est bien planté avec cette vidéo. Il n’empêche, Apple Pay arrive exactement au bon moment : juste après les piratages des cartes bleues des magasins Target et Home Depot. Cela concerne plusieurs dizaines de millions de numéros de cartes bleues volées. De ce fait, les banques américaines pensent à changer leur système de paiement pour le rendre plus sécurisé. Il faut dire qu’aux US, pour payer avec votre carte vous n’entrez pas votre code pin. Vous passez la partie magnétique de votre carte dans un lecteur et signer un reçu, ce qui n’est en aucun cas sécurisé. Comme il va falloir changer de système, la question que les banques américaines vont se poser est la suivante : doit-on prendre le système avec code pin comme les européens ou passer directement à un système sécurisé sans-fil (comme Apple Pay) ? Apple est dans une position de force : leurs dizaines de millions d’iPhone compatibles et une capacité de négociation hors norme (qui rappelle la négociation avec les majors du disque lors de la création du iTunes Music Store). Apple Pay est déjà compatible avec des dizaines de gros vendeurs aux US (d’ailleurs, où est Starbuck ?). Enfin, l’utilisation du TouchID permet d’ajouter une sécurisation de plus en certifiant l’identité de la personne qui paye.

Fin de Keynote

Je trouve la fin de la keynote totalement manquée. L’arrivée de U2 dilue totalement le message de la keynote qui était jusque-là de qualité. Ce n’est pas leur faire offense de dire que U2 n’est plus au firmament de leur carrière, alors pourquoi Apple, qui est au firmament pour le coup, s’associe avec un groupe de musique sur le retour ? Au lieu de finir sur une bonne note, on a un entretien pénible à regarder entre Tim Cook et Bono. Et cela, sans compter les problèmes associés au téléchargement gratuit du dernier album de U2 : l’album se télécharge automatiquement chez tous les clients d’Apple. C’est très invasif, cela pose un problème de confiance et relance le problème du manque d’espace des iPhone premier prix. Il aurait été plus intelligent de mettre sur iTunes gratuitement l’album et d’en faire la promotion (d’ailleurs j’ai cru que c’était le cas, jusqu’au moment où l’album est apparu sur mes machines). Au lieu de cela, l’album apparaît à l’état "acheté" sur votre compte iTunes, ce qui le télécharge automatiquement sur tous les machines connectées au compte en remplissant de l’espace disque qui est déjà en petit quantité. Ce qui a pour conséquence de faire paniquer un certain nombre de personnes croyant soit avoir été hacké, soit avoir acheté un album par erreur. Pour couronner le tout, il est compliqué de supprimer cet album. Heureusement, Apple a mis en place un lien spécifique pour le supprimer. C’est dire à quel point cette campagne marketing est un bide…